Les symptômes d'intoxications aux champignons

Plus de mille cas d'intoxications aux champignons sont recensés chaque année en France, sans gravité majeure pour la plupart.

La belle et mortelle Amanite tue-mouches
La belle et mortelle Amanite tue-mouches

Plaisirs de la cueillette, dégustations variées... ne doivent jamais nous laisser oublier que les champignons sont de véritables usines biochimiques et la diversité des toxines qu'ils produisent n'a d'égale que la diversité des symptômes d'intoxications observés et regroupés en syndromes bien identifiés. Les syndromes les plus précoces, intervenant moins de 6 heures après ingestion, sont les moins redoutables.

Les syndromes gastro-intestinaux

Des douleurs intestinales suivent la consommation des champignons, sans laisser de répit, un quart d'heure après le repas, au plus 2 heures. Diarrhées et nausées se rajoutent. Fréquentes, généralement sans gravité, ces intoxications sont liées à une consommation excessive d'espèces comestibles un peu trop savoureuses, ou d'espèces laxatives, Suillus, Ramaires en première ligne. La sensibilité personnelle est loin d'être anodine, ainsi le Clitocybe lumineux inoffensif pour certains, provoquera des troubles digestifs sévères chez d'autres.

Si les symptômes durent et s'accompagnent d'une soif intense, apparaissant parfois 5 à 8 heures après ingestion, on parle de syndrome résinoïde. Le Bolet de satan, Boletus satanus, l'Agaric jaunissant, Agaricus xanthodermus, sont incriminés.

Aux douleurs abdominales, diarrhées, nausées, se rajoutent des problèmes hépathiques, des douleurs musculaires, de l'hypotension : le syndrome résinoïde est alors dit sévère, les responsables seront l'Entolome livide, Entoloma lividum, le Tricholome tigré, Tricholoma pardinum, le Pleurote de l'olivier, Omphalotus olearius. L'incubation prend 6 à 8 heures.

L'Armillaire couleur de miel, Armillaria mellea, cumule les syndromes : aux troubles digestifs peut se rajouter le syndrome muscarinien.

Le syndrome muscarinien ou sudorien

Un repas de Clitocybes blancs, Clitocybe rivulosa..., confondus avec l'excellent Meunier, Clitopilus prunulus, et très vite, 15 mn à 2 heures tout au plus, des désordres digestifs surviennent, sueur et hypersalivation se doublent de troubles cardio-vasculaires et d'un rétrécissement des pupilles. La molécule impliquée est la muscarine. L'hospitalisation est indispensable. La Mycène pure, Mycena pura, est également sur la liste des coupables, et se confond facilement avec le Laccaire améthyste, Laccaria amethystina. Tout autant répréhensible, l'Inocybe de patouillard, Inocybe patouillardii, est le premier des Inocybes consommé en lieu et place du vrai Mousseron, Calocybe gambosa.

Le syndrome coprinien

30 mn à 2 heures après ingestion, une sensation de malaise, des sueurs, une vasodilatation faciale, des troubles cardiaques, se développent. L'alcool renforce ces symptômes, c'est l'effet antabuse. La coprine, substance biochimique présente chez certains Coprins, bloque la dégradation de l'alcool dans le corps. Le Coprin noir d'encre, Coprinopsis atramentaria, et son groupe, sont responsables, mais aussi le Bolet blafard, Boletus luridus et le Clitocybe en pied en massue, Clitocybe clavipes.

Le syndrome panthérinien

Hallucinations, troubles cardiaques, rétrécissement de la pupille, muqueuses sèches, puis prostration et somnolence : impressionnant mais rarement fatal, ce syndrome se manifeste rapidement, 30 mn à 3 heures après ingestion, puis s'atténue après une dizaine d'heures. L'acide iboténique et le muscimol sont les toxines responsables. Trois Amanites sont sur la liste, l'Amanite panthère, Amanita pantherina, l'Amanite tue-mouche, Amanita muscaria et l'Amanite jonquille, Amanita junquilla. Attention aux confusions possibles avec l'Amanite des Césars, Amanita caesarea.

Le syndrome psilocybien ou narcotinien

Cette intoxication, recherchée pour ses effets hallucinatoires, provoque panique, violence, troubles divers. Une forte dose déclenche des troubles cardiovasculaires, des convulsions, parfois la mort. Une molécule psychotomimétique, la psilocybine, a été isolée dans les années 60. Les Psilocybes du groupe Psilocyba semilanceata sont incriminés.

Le syndrome hémolytique

La destruction de globules rouges par des toxines de nombreux champignons connus se traduit par des nausées, maux de tête, hypotension, dans les 6 heures suivant l'ingestion. Avantage : la cuisson permet de détruire ces toxines nommées hémolysines. Morilles, Helvelles, Pézizes, mais aussi Bolet à pied rouge, Neoboletus erythropus, Amanite rougissante, Amanita rubescens, seront consommés bien cuits.

Le syndrome paxillien

Le Paxille enroulé, Paxillus involutus, par des mécanismes encore mal connus, provoque une anémie hémolytique avec complication, coagulation intravasculaire disséminée, pouvant s'avérer fatale.

Les intoxications indirectes, provoquées par des champignons trop vieux, dégradés, cueillis en zones polluées et donc chargés en substances nocives, sont loin d'être négligeables. Les cueillettes avisées, attentives, resteront le meilleur des remèdes. Tout champignon à l'identification douteuse, à l'aspect passé, doit rester dans son habitat.

Lire aussi
Les symptômes graves et mortels d'intoxication aux champignons Les symptômes graves et mortels d'intoxication aux champignons

Sur plus de mille cas d'intoxications aux champignons recensés chaque année en France, plusieurs dizaines sont graves voire mortels

Les champignons cultivés Les champignons cultivés

Contrairement aux champignons sauvages, poussant spontanément dans les sous-bois frais, les champignons cultivés sont disponibles toute l'année car ils ne sont pas soumis aux aléas climatiques....

Comment cuisiner les champignons ? Comment cuisiner les champignons ?

De la cueillette à l'assiette, la cuisine des champignons suit ses propres règles, de prudence, de préparations minutieuses, de cuissons judicieuses. Les recettes des plus simples aux plus...

Salade de champignons aux crevettes Salade de champignons aux crevettes

Envie d'une salade composée originale ? Voici une recette légère, fraiche, savoureuse et très simple à préparer. Des champignons de Paris, une belle poignée de crevettes décortiquées, deux...

Vos commentairesAjouter un commentaire