La fumagine, des feuilles noires et collantes

Les feuilles de vos végétaux sont couvertes d'une substance noire aussi étrange que peu ragoutante ? Il est fort à parier que vous soyez en présence de fumagine. De quoi s'agit-il ? D'où vient-elle et comment la combattre ? Voici les réponses...

La fumagine, des feuilles noires et collantes
La fumagine, des feuilles noires et collantes

Qu'est-ce-que la fumagine ?

La fumagine est une substance noire induite par la présence d'espèces fongiques microscopiques telles Alternaria, Penicillium, Cladosporium, Fumago salicina, ou encore Capnodium oleaginum, pour n'en citer que quelques unes. Ces agents phytopathogènes s'installent sur le limbe des feuilles et parfois les tiges dans certaines conditions bien précises provoquant cet aspect poudreux et noir. La fumagine est très courante en extérieur et sur les plantes de serres, mais plus rarement sur les plantes d'intérieur car elle dépend de plusieurs facteurs.

La fumagine est rarement à l'origine de la mort d'une plante cependant, elle empêche le phénomène de photosynthèse et affaiblit la plante qui a déjà été forcément attaquée auparavant par des parasites.

Comment et pourquoi la fumagine apparaît-elle ?

Comme nous l'avons vu, la fumagine apparaît lorsque des conditions bien spécifiques sont réunies. Elle est vectorisée par les insectes piqueurs/suceurs comme les aleurodes, les cochenilles, les thrips et bien sûr les célèbres pucerons !

Toutes ces petites bestioles ont en commun de secréter un miellat, la fameuse substance collante souvent associée à la fumagine. Les champignons pathogènes responsables de la fumagine trouvent ainsi leur terrain de prédilection grâce, ou à cause de ce fameux miellat évacué par les bestioles précédemment citées. Le jardinier interpellé par la fumagine a donc raté un précieux épisode qui aurait pu l'éviter : celui de l'invasion par ces insectes.

Dans le cas des pucerons ou des cochenilles, il se sera peut-être rendu compte sans y prêter garde de la présence moins discrète de fourmis sur ses plantes. Là encore nul mystère : tout est lié. Les fourmis collectent et se délectent du miellat en offrant leurs protection efficace aux pucerons et aux cochenilles contre leurs prédateurs naturels.

Quelles sont les plantes les plus atteintes par la fumagine ?

Les plantes à feuilles épaisses comme le laurier rose, l'olivier, le camélia, les agrumes, mais aussi le rhododendron, le jasmin ou le pyracantha sont sensibles à la fumagine.

Au verger, poirier et pommier ne sont pas épargnés.

Au potager, les tomates, piments, aubergines, poivrons et parfois même les courgettes et les concombres peuvent en être victimes.

Comment prévenir la fumagine ?

Connaître la cause permet d’éviter le développement de la maladie. Il faut donc en un premier temps élever ses plantes dans de bonnes conditions de culture pour qu'elles ne soient pas en souffrance ou en carence ce qui les fragilise vis à vis des insectes.

Ensuite, le jardinier veillera aux attaques d'insectes piqueur/suceurs et à l'activité des fourmis qui peut être un bon indice quant à la présence de bestioles leur procurant un garde-manger facile d'accès.

La surveillance de ses plantes durant la belle saison est donc primordiale et permet souvent d'intervenir avant que la fumagine ne s'installe.

Comment traiter naturellement la fumagine ?

La fumagine est provoquée par de microscopiques champignons qui se fixent sur le miellat déposé par certains insectes sur les plantes. Un nettoyage à l'éponge imprégnée d'une décoction d'ail fera son effet sur les plantes accessibles et peu atteintes. Mais ôter la fumagine sans s'occuper de ses vecteurs serait une erreur. Procédons par ordre :

Rectifions les conditions de culture.

Luttons contre les insectes vecteurs.

Nettoyons ou coupons les parties atteintes si elles sont trop nombreuses.

Comment lutter naturellement contre les insectes piqueurs/suceurs vecteurs de fumagine ?

Installez des bandes de glu aux pieds de vos végétaux si vous avez constaté la présence de fourmis en grand nombre. Vous les empêcherez ainsi d’élever et de protéger les insectes producteurs de miellat.

Seulement après avoir barré la route aux fourmis, faites appel aux prédateurs naturels des insectes piqueurs/suceurs vecteurs de fumagine. Parmi ces insectes auxiliaires, la célèbre coccinelle dont on trouve plusieurs versions dans le commerce selon l'insecte visé.

N'oublions pas la Cantharide, un petit coléoptère glouton, la syrphe, la chrysope, le staphylin ou le perce-oreille.

Évidemment pour inviter tout ce petit monde dans votre jardin, il faudra se passer de produit phytosanitaires même biologiques le temps qu'ils effectuent leur rôle de régulateurs. Il serait aberrant et inutile de faire un lâcher de coccinelles sur des végétaux couverts de savon noir par exemple.

Si par contre vous n'optez pas pour la lutte biologique à base d’auxiliaires, usez et abusez de décoctions et de purins de plantes. Les purins d'ortie, de tanaisie ou de fougère sont de bons insectifuges en prévention. Les décoctions d'ail, ou le purin de prêle serviront à prévenir les attaques fongiques. Ces solutions seront pulvérisées une fois par semaine durant la belle saison.

En traitement sur les colonies de pucerons, rien de tel que le savon noir dilué à 10% dans de l'eau. Pour les cochenilles, plus coriaces quant à leur constitution, ajoutez une dose de 5 ml d'huile et de 5 ml d'alcool ménager pour un litre d'eau contenant du savon noir. Pulvérisez par temps peu ensoleillé ou au coucher du soleil.

Rincez la plante le lendemain puis recommencez l'opération 48 h plus tard.

Lire aussi
Des fleurs noires au jardin Des fleurs noires au jardin

Appréciées pour leur originalité et leur côté graphique inimitable, les fleurs noires sont l'atout surprenant du jardin qu'elles magnifient de leurs reflets irisés ou veloutés. Voyons comment leur...

Le jardin botanique des montagnes noires (29) Le jardin botanique des montagnes noires (29)

Le Parc Botanique des Montagnes Noires est un jardin récent né de l'union de l'activité « pépinière » et de l'activité « travaux paysagers et maçonnerie » d'André COZIC.

Tâches noires du rosier, Marssonina rosae Tâches noires du rosier, Marssonina rosae

Dégâts Responsable : un champignon pathogène, Marssonina rosae, spécifique des rosiers. Une autre espèce du champignon Marssonina s'attaque au fraisier, provoquant la maladie des taches pourpres...

Saule à feuilles étroites, Saule à feuilles de romarin, Salix rosmarinifolia Saule à feuilles étroites, Saule à feuilles de romarin, Salix rosmarinifolia

Salix rosmarinifolia, le saule à feuilles étroites ou saules à feuilles de romarin est un arbuste caduc appartenant à la famille des Salicacées. Il est originaire d'Europe centrale ainsi que[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire