Famille des Asphodélacées / Asphodelaceae

La famille des Asphodélacées, encore appelés les Xanthorroéacées il y a peu, représente des plantes monocotylédones d’apparence diversifiée. Belles ou étranges, miniatures ou géantes, florifères ou succulentes, beaucoup d’Asphodelaceae sont cultivées en tant que plante à massif ou en collection. 

Aloès de montagne, Aloe marlothii
Aloès de montagne, Aloe marlothii

Les plantes populaires : asphodèle, hémérocalle, aloès, knipfofia, phormium...

Les Asphodélacées ou Asphodelaceae sont des plantes monocotylédones appartenant à l’ordre des Asparagales. Plantes bulbeuses, à caudex, succulentes ou arbres pachycaules, les Asphodélacées montrent une fascinante adaptation à leur milieu de vie et une réelle diversité de forme. Cela explique peut-être ces discussions et évolutions dans le classement au sein de l’arbre phylogénétique. En effet, les Asphodélacées sont passées en quelques 20 ans du statut de famille restreinte à sous- famille des Xanthoroeacées, puis sont redevenue une famille élargie, qui remplace celle des Xanthorroéacées.

Place de la famille des Asphodelaceae parmi les autres

Les Asphodélacées font partie des plantes monocotylédones évoluées au même titre que les Orchidacées (Orchidées) ou les Liliacées (Lis). Aujourd’hui, les Asphodelaceae englobent les ex-familles : Aloaceae (aloès), Hemerocallidaceae (hémérocalle) et Xanthorrhoeaceae (Xanthorroea)

Distribution : les Asphodelaceae sont dispersées un peu partout dans le monde en climat tempéré à tropical. Souvent localisées, nombre d’espèces sont endémiques, particulièrement adaptées ou isolées géographiquement. Un grand nombre d’espèces d’Asphodélacées se retrouve toutefois en Afrique et en Océanie.

En France, les Asphodelaceae/Xanthorroeacées sont représentées par quelques espèces

Les Asphodèles :

  • Asphodelus albus, asphodèle blanc
  • Asphodelus fistulosus, ramosus, raciferus (sur calcaire en Corse)
  • Asphodelus macrocarpus, à gros fruits

Une rareté : Simethis mattiazzii (Simethis planifolia), phalangère à feuilles planes, une très jolie espèce indigène à petites fleurs blanches, de sol acide.

Hemerocallis liliasphodelus, est une espèce européenne, potentiellement encore présente sur le territoire français.

Des plantes non indigènes naturalisées :

  • Hemerocallis fulva, stérile, est pourtant parfois naturalisé, propagé par les sangliers.
  • Aloe arboresens et Aloe maculata sont naturalisés sur les côtes méditerranéennes.

Caractères généraux des Asphodelaceae

Les Asphodélacées sont des plantes vivaces aux feuilles en rosette, en général allongées, rubanées, sans pétiole différencié. Cependant, certaines espèces montrent des feuilles particulièrement étranges (tronquées, anguleuses, translucides...), car adaptées à un milieu de vie particulier, comme Haworthia truncata, Gasteria nitida, Haworthia cooperi. La plupart des Asphodélacées présentent des organes de réserves, de simples rhizomes chez Hemerocallis et Dianella, Phormium, ou des tubercules bien développés, comme chez Eremurus ou Asphodelus. enfin nombre d’Asphodélacées sont succulentes Aloe, Haworthia, Gasteria) ou encore développent d’épaisses tiges, voire de véritables troncs (Xanthorroea, Aliodendron aloès en arbre)

Les inflorescences émergent d’une rosette, en position latérale et la rosette continue alors son développement (Haworthia, Gasteria), ou en apicale, et dans ce cas il s’agit d’une rosette monocarpique (Hemerocalle, Kniphofia), remplacée ensuite par des rosettes adjacentes ou rejets.

Les fleurs sont réunies sur une longue hampe, ramifiée ou non. Elles présentent 6 tépales, sont régulières comme chez les asphodèles, ou irrégulières comme chez les Hawortias. Les tépales sont libres (hémérocalle) ou complètement soudés en tube (Kniphofia, Gasteria)

Les fleurs des Asphodélacées sont pollinisées par les insectes et nombre d’espèces sont d’ailleurs autostériles, elles nécessitent une pollinisation croisée pour fructifier, tels Hemerocallis, Gasteria, Haworthia…

Les fruits sont des capsules à 3 loges qui sèchent ou des baies (Dianella).

Mais la phylogénie a regroupé finalement cette famille diversifiée sur la base de caractères souvent invisibles à l’œil nu : 

  • l’analyse génétique
  • toutes les Asphodélacées renferment une substance commune, de l’Anthraquinone (dont dérive un colorant de synthèse jaune)
  • les fleurs sont sur pédicelle articulé.
  • l’ovule est posé sur un disque ligneux

Les plantes appartenant à la famille des Asphodelaceae/Xanthorrhoéacées (au sens large)

Les Asphodelaceae représentent environ 900 espèces divisées en une quarantaine de genres.

Caudiciformes, au tronc lignifié, bulbeuses ou simples vivaces rhizomateuses à racines épaissies, les Asphodélacées, ou Xanthoreacées au sens large, sont divisées en 3 sous-familles :

Sous-famille des Asphodeloideae, comprenant une quinzaine de genres. Ce sont des plantes au feuillage succulent ou à tubercule, éventuellement à racines épaissies.

Les genres les mieux connus sont Aloe, Eremurus, Asphodelus, Asphodeline, Bulbine, Bulbinopsis, Kniphofia, Gasteria, Haworthia...

Sous-famille des Xanthorrhoeoideae qui ne contient qu’un seul genre Xanthorrhoea. Il existe une trentaine d’espèces de Xanthorrhoea, dont certains, bien que de forme étonnante, sont assimilées à des arbres : une tige lignifiée épaisse couronnée de touffes d’herbes, tel Xanthorroea aurea, le Black boy australien. Ils sont endémiques d’Australie.

Sous-famille des Hemerocallidoideae comprenant une vingtaine de genres dont beaucoup présentent des feuilles rubanées qui les font ressembler à d’imposantes graminées. Les mieux connus sont

  • Hemerocallis : hémérocalle ou lis d’un jour : une vingtaine d’espèces et 80 000 cultivars !
  • Dianella, un genre africain aux baies bleues ex Dianella tasmanica
  • Simethis mattiazzii, indigène de France, mais rare, appelé le lis Kerry
  • Phormium, ces fausses graminées de couleur, parfois cultivé en Europe

Utilisation des Asphodélacées

Nombre d’Asphodélacées sont des plantes d’ornement utilisées dans les jardins d’agrément. Mais les plus connues et les plus utilisées sont sans doute les hémérocalles qui existent en multiple couleur et même en fleurs doubles. Quelle que soit la couleur dominante d’un massif, il y aura une hémérocalle qui correspondra. Si la mode était d’obtenir des fleurs les plus larges possible, actuellement des formes plus fines et délicates sont proposées, les ‘spider’.

L’hémérocalle fauve (H. fulva) une plante florifère et increvable, est aussi comestible, ses fleurs ont une saveur et une texture intéressante, elles décorent joliment les assiettes.

Les Kniphofia sont également d’excellentes plantes à massif : de la plante naine à énorme, aux épis bicolores ou monochromes, ils ne laissent pas indifférents : se renseigner cependant avant l’achat si le cultivar en question préfère les sols lourds et humides ou bien les sols drainants. Certains peuvent se montrer très résistants à la sécheresse.

Les phormiums, complètement rustiques seulement en climat un peu doux, ressemblent à d’énormes graminées en couleur : ils trônent sur de nombreux ronds-points de la côte atlantique. Les bulbines et les bulbinopsis sont beaucoup plus rares en culture, et pourtant attrayants.

Le genre Dianella, australien, ne fait que des petites fleurs, mais elles sont suivies de jolies baies bleu métallique. Ex Dianella tasmanica, qui peut-être panachée.

Les eremurus sont de fabuleuses plantes ‘à bulbe’ qu’il vaut mieux planter en vert à partir de plante en pot. Il demande un sol drainant et à ne plus être dérangé une fois repris.

Le monde des succulentes a ses propres adeptes et collectionneurs. En dehors des zones les mieux protégées de la Côte d’Azur, aloès, gastérias et hawortias seront cultivés en pot, en serre ou véranda, ou me^me dans la maison pendant l’hiver et dehors en été. Les aloès sont le plus souvent très faciles à cultiver, d’ailleurs certaines espèces sont assez rustiques comme le magnifique Aloe polyphylla aux feuilles spiralées, cultivé en extérieur toute l’année à Kew Garden.

Parmi les genres africains Haworthia et Gasteria, il y a de merveilleuses petites plantes, comme Haworthia truncata, Haworthia tortuosa, ou encore Harwothia mirabilis, qui s’échangent entre passionnées.

Les Asphodélacées ou Asphodelaceae sont des plantes monocotylédones appartenant à l’ordre des Asparagales. Plantes bulbeuses, à caudex, succulentes ou arbres pachycaules, les Asphodélacées montrent une fascinante adaptation à leur milieu de vie et une réelle diversité de forme. Cela explique peut-être ces discussions et évolutions dans le classement au sein de l’arbre phylogénétique. En effet, les Asphodélacées sont passées en quelques 20 ans du statut de famille restreinte à sous- famille des Xanthoroeacées, puis sont redevenue une famille élargie, qui remplace celle des Xanthorroéacées.

Place de la famille des Asphodelaceae parmi les autres

Les Asphodélacées font partie des plantes monocotylédones évoluées au même titre que les Orchidacées (Orchidées) ou les Liliacées (Lis). Aujourd’hui, les Asphodelaceae englobent les ex-familles : Aloaceae (aloès), Hemerocallidaceae (hémérocalle) et Xanthorrhoeaceae (Xanthorroea)

Distribution : les Asphodelaceae sont dispersées un peu partout dans le monde en climat tempéré à tropical. Souvent localisées, nombre d’espèces sont endémiques, particulièrement adaptées ou isolées géographiquement. Un grand nombre d’espèces d’Asphodélacées se retrouve toutefois en Afrique et en Océanie.

En France, les Asphodelaceae/Xanthorroeacées sont représentées par quelques espèces

Les Asphodèles :

  • Asphodelus albus, asphodèle blanc
  • Asphodelus fistulosus, ramosus, raciferus (sur calcaire en Corse)
  • Asphodelus macrocarpus, à gros fruits

Une rareté : Simethis mattiazzii (Simethis planifolia), phalangère à feuilles planes, une très jolie espèce indigène à petites fleurs blanches, de sol acide.

Hemerocallis liliasphodelus, est une espèce européenne, potentiellement encore présente sur le territoire français.

Des plantes non indigènes naturalisées :

  • Hemerocallis fulva, stérile, est pourtant parfois naturalisé, propagé par les sangliers.
  • Aloe arboresens et Aloe maculata sont naturalisés sur les côtes méditerranéennes.

Caractères généraux des Asphodelaceae

Les Asphodélacées sont des plantes vivaces aux feuilles en rosette, en général allongées, rubanées, sans pétiole différencié. Cependant, certaines espèces montrent des feuilles particulièrement étranges (tronquées, anguleuses, translucides...), car adaptées à un milieu de vie particulier, comme Haworthia truncata, Gasteria nitida, Haworthia cooperi. La plupart des Asphodélacées présentent des organes de réserves, de simples rhizomes chez Hemerocallis et Dianella, Phormium, ou des tubercules bien développés, comme chez Eremurus ou Asphodelus. enfin nombre d’Asphodélacées sont succulentes Aloe, Haworthia, Gasteria) ou encore développent d’épaisses tiges, voire de véritables troncs (Xanthorroea, Aliodendron aloès en arbre)

Les inflorescences émergent d’une rosette, en position latérale et la rosette continue alors son développement (Haworthia, Gasteria), ou en apicale, et dans ce cas il s’agit d’une rosette monocarpique (Hemerocalle, Kniphofia), remplacée ensuite par des rosettes adjacentes ou rejets.

Les fleurs sont réunies sur une longue hampe, ramifiée ou non. Elles présentent 6 tépales, sont régulières comme chez les asphodèles, ou irrégulières comme chez les Hawortias. Les tépales sont libres (hémérocalle) ou complètement soudés en tube (Kniphofia, Gasteria)

Les fleurs des Asphodélacées sont pollinisées par les insectes et nombre d’espèces sont d’ailleurs autostériles, elles nécessitent une pollinisation croisée pour fructifier, tels Hemerocallis, Gasteria, Haworthia…

Les fruits sont des capsules à 3 loges qui sèchent ou des baies (Dianella).

Mais la phylogénie a regroupé finalement cette famille diversifiée sur la base de caractères souvent invisibles à l’œil nu : 

  • l’analyse génétique
  • toutes les Asphodélacées renferment une substance commune, de l’Anthraquinone (dont dérive un colorant de synthèse jaune)
  • les fleurs sont sur pédicelle articulé.
  • l’ovule est posé sur un disque ligneux

Les plantes appartenant à la famille des Asphodelaceae/Xanthorrhoéacées (au sens large)

Les Asphodelaceae représentent environ 900 espèces divisées en une quarantaine de genres.

Caudiciformes, au tronc lignifié, bulbeuses ou simples vivaces rhizomateuses à racines épaissies, les Asphodélacées, ou Xanthoreacées au sens large, sont divisées en 3 sous-familles :

Sous-famille des Asphodeloideae, comprenant une quinzaine de genres. Ce sont des plantes au feuillage succulent ou à tubercule, éventuellement à racines épaissies.

Les genres les mieux connus sont Aloe, Eremurus, Asphodelus, Asphodeline, Bulbine, Bulbinopsis, Kniphofia, Gasteria, Haworthia...

Sous-famille des Xanthorrhoeoideae qui ne contient qu’un seul genre Xanthorrhoea. Il existe une trentaine d’espèces de Xanthorrhoea, dont certains, bien que de forme étonnante, sont assimilées à des arbres : une tige lignifiée épaisse couronnée de touffes d’herbes, tel Xanthorroea aurea, le Black boy australien. Ils sont endémiques d’Australie.

Sous-famille des Hemerocallidoideae comprenant une vingtaine de genres dont beaucoup présentent des feuilles rubanées qui les font ressembler à d’imposantes graminées. Les mieux connus sont

  • Hemerocallis : hémérocalle ou lis d’un jour : une vingtaine d’espèces et 80 000 cultivars !
  • Dianella, un genre africain aux baies bleues ex Dianella tasmanica
  • Simethis mattiazzii, indigène de France, mais rare, appelé le lis Kerry
  • Phormium, ces fausses graminées de couleur, parfois cultivé en Europe

Utilisation des Asphodélacées

Nombre d’Asphodélacées sont des plantes d’ornement utilisées dans les jardins d’agrément. Mais les plus connues et les plus utilisées sont sans doute les hémérocalles qui existent en multiple couleur et même en fleurs doubles. Quelle que soit la couleur dominante d’un massif, il y aura une hémérocalle qui correspondra. Si la mode était d’obtenir des fleurs les plus larges possible, actuellement des formes plus fines et délicates sont proposées, les ‘spider’.

L’hémérocalle fauve (H. fulva) une plante florifère et increvable, est aussi comestible, ses fleurs ont une saveur et une texture intéressante, elles décorent joliment les assiettes.

Les Kniphofia sont également d’excellentes plantes à massif : de la plante naine à énorme, aux épis bicolores ou monochromes, ils ne laissent pas indifférents : se renseigner cependant avant l’achat si le cultivar en question préfère les sols lourds et humides ou bien les sols drainants. Certains peuvent se montrer très résistants à la sécheresse.

Les phormiums, complètement rustiques seulement en climat un peu doux, ressemblent à d’énormes graminées en couleur : ils trônent sur de nombreux ronds-points de la côte atlantique. Les bulbines et les bulbinopsis sont beaucoup plus rares en culture, et pourtant attrayants.

Le genre Dianella, australien, ne fait que des petites fleurs, mais elles sont suivies de jolies baies bleu métallique. Ex Dianella tasmanica, qui peut-être panachée.

Les eremurus sont de fabuleuses plantes ‘à bulbe’ qu’il vaut mieux planter en vert à partir de plante en pot. Il demande un sol drainant et à ne plus être dérangé une fois repris.

Le monde des succulentes a ses propres adeptes et collectionneurs. En dehors des zones les mieux protégées de la Côte d’Azur, aloès, gastérias et hawortias seront cultivés en pot, en serre ou véranda, ou me^me dans la maison pendant l’hiver et dehors en été. Les aloès sont le plus souvent très faciles à cultiver, d’ailleurs certaines espèces sont assez rustiques comme le magnifique Aloe polyphylla aux feuilles spiralées, cultivé en extérieur toute l’année à Kew Garden.

Parmi les genres africains Haworthia et Gasteria, il y a de merveilleuses petites plantes, comme Haworthia truncata, Haworthia tortuosa, ou encore Harwothia mirabilis, qui s’échangent entre passionnées.

Nos fiches de culture

Aloe

Aloidendron

Bulbine

Haworthia

Lire aussi
Famille des Cornacées / Cornaceae Famille des Cornacées / Cornaceae

La famille des Cornacées ou Cornaceae est une famille de plantes assez anciennes, scientifiquement mal circonscrite et souvent controversée lorsqu'on ne considère pas les Cornacées au sens strict....

La vaste famille des camelias La vaste famille des camelias

Joseph LE CAM des pépinières botaniques armoricaines nous présente la vaste famille des camélias

Famille des Buxacées / Buxaceae Famille des Buxacées / Buxaceae

La famille des Buxaceae est ancienne et isolée ; il n'en reste que peu d'espèces. Structurantes, solides et coriaces en culture, les Buxacées, dont le buis, symbole du jardin à la[...]

Gâteau de famille Gâteau de famille

Le Gâteau de famille Thé Brun, c'est le gâteau des anniversaires de notre enfance, que préparaient nos grand-mères. Sans cuisson, mais avec un peu de patience, replongez vous dans vos[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire